Pôle de croissance(s)

Favoriser un développement économique, équilibré et durable de l’estuaire de la Seine

GROUPE DE TRAVAIL DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

Co-Présidents

Virginie CAROLO-LUTROT, Maire de Port-Jérôme-sur-Seine, Présidente de la Communauté d’Agglomération Caux Seine Agglo.

François AUBEY, Maire de Mézidon Vallée d’Auge, Président de la Communauté d’Agglomération Lisieux Normandie.

LE TRAITEMENT DES DÉCHETS À L’ÉCHELLE DE L’ESTUAIRE

OBJECTIF/AMBITION

Élaborer un schéma d’orientations stratégiques pour le traitement des déchets à l’échelle de l’estuaire

ACTION

Cette étude importante a mobilisé durant plusieurs mois les collaborateurs référents au sein des intercommunalités et s’est déroulée en trois phases :

  • l’état des lieux et diagnostic de la gestion des déchets à l’échelle de l’estuaire ;
  •  l’analyse des gisements et des filières potentielles ;
  •  l’élaboration du schéma d’orientation et du plan d’actions.

La mission a abouti à la réalisation d’un schéma d’orientation pluriannuel, comprenant un plan d’une vingtaine d’actions répondant à 4 enjeux majeurs :

  • l’amélioration de la valorisation des déchets ;
  • la diminution des volumes à traiter ;
  • la maîtrise des coûts ;
  • le développement de l’économie circulaire et du réemploi.

Les actions proposées sont à la fois opérationnelles (séparation des gravats de déchèteries, tri des encombrants, collecte des biodéchets des gros producteurs) ou structurantes comme la création de nouvelles unités de traitement.

Le schéma propose également des actions de communication et d’animation communes à l’échelle de l’estuaire.

Les orientations du schéma seront mises en oeuvre dans le cadre d’une priorisation par la gouvernance du Pôle.

 

LE FONCIER ÉCONOMIQUE EN LIEN AVEC LES COMPENSATIONS ENVIRONNEMENTALES DANS L’ESTUAIRE

OBJECTIF/AMBITION

Identifier et qualifier les besoins fonciers nécessaires au développement économique de l’estuaire et anticiper les compensations environnementales associées.

ACTION

Le durcissement de la réglementation environnementale a entraîné de nombreuses difficultés pour les collectivités et les entreprises qui n’auraient pas, au regard de la nouvelle législation, pris suffisamment de mesures d’évitement et de réduction des impacts sur la biodiversité et les milieux naturels. En effet, les structures peuvent se retrouver dans l’obligation de mettre en oeuvre des compensations environnementales, souvent techniquement complexes et coûteuses.

La démarche menée poursuit 3 objectifs :

  • identifier l’offre foncière à vocation économique dans une vision à court, moyen et long terme en prenant en compte les incidences environnementales des projets à travers la démarche Éviter-Réduire-Compenser (ERC) ;
  • proposer des conditions de réalisation qui permettent d’éviter, et de réduire les éventuels impacts négatifs sur l’environnement ;
  • identifier des sites de compensations stratégiques au regard des continuités écologiques à l’échelle du Pôle métropolitain (démarche compenser).

L’étude a été présentée à l’ensemble des EPCI et une carte interactive a été réalisée et mise à leur disposition afin de suivre les évolutions de leurs disponibilités foncières au regard de leurs projets. Les perspectives permettront d’intégrer cette réflexion dans une échelle géographique plus large et d’enrichir le dialogue avec les services de l’État.

 

LES DATA, FACTEURS D’ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE

OBJECTIF/AMBITION

Impulser une stratégie des data à l’échelle de l’estuaire de la Seine

Le Pôle métropolitain s’est inscrit très tôt dans une démarche de partage de l’information et de transparence de l’action publique.

Dès 2018, le Pôle a mis en place un portail open data à l’échelle de l’estuaire www.data.estuairedelaseine.fr. Il vise à fédérer le territoire en proposant à divers partenaires contributeurs de participer au partage de l’information. Le Pôle souhaite également enrichir cette plateforme et susciter le développement économique en proposant d’animer cette démarche.

Le portail intègre aujourd’hui plus de 400 jeux de données mis à disposition des utilisateurs, qu’ils soient étudiants, entrepreneurs, porteurs de projets… Outre les
intercommunalités de l’estuaire, il fédère près d’une vingtaine de partenaires, Université, Haropa, Maison de l’estuaire, CCI…

ACTION

Faire vivre la plateforme Open Data

Dans l’objectif de sensibiliser et d’informer les élus et les publics sur le portail et le libre accès des données, le Pôle a créé une animation et un kit de communication « Open Data Tour », qui est mis à disposition des EPCI souhaitant présenter et valoriser cet outil.

Le Pôle était notamment présent lors de la Semaine du numérique organisée par Caux Seine Agglo.

 

LE DÉVELOPPEMENT D’UNE FILIÈRE MISCANTHUS

OBJECTIF/AMBITION

Le Pôle métropolitain accompagne l’association Biomis G3 afin de favoriser les conditions de l’émergence d’une filière autour du Miscanthus.

Porté dans le cadre du Contrat de plan interrégional État-Régions (CPIER) Vallée de la Seine, le projet a pour ambition de faire de la vallée de la Seine le territoire pilote de l’industrialisation de la filière Miscanthus.

Le Pôle métropolitain anime depuis 2019 le Comité de territoire de l’estuaire, aux côtés des partenaires liés au projet, agences de développement, Haropa, pôles de compétitivité…

L’enjeu de la démarche est d’implanter du miscanthus, plante résistante, non invasive et qui peut être plantée sur des terres marginales (sols pollués, bassins de captage, emprises d’infrastructures…).

Ce matériau est d’ores et déjà utilisé dans la construction (bloc béton miscanthus) mais également dans les composites automobiles et cosmétiques.

ACTION

Valider les conditions de faisabilité

2019 a permis l’approche et l’identification d’entreprises et d’industries susceptibles d’intégrer le miscanthus dans leurs process de fabrication ou de transformation.

Le Pôle métropolitain de Rouen Seine Eure a également décidé de rejoindre la démarche, renforçant ainsi le potentiel d’implantabilité de la filière sur l’ensemble de l’axe Seine.

CHIFFRES CLÉS

10 400 hectares dédiés à l’activité économique dans les EPCI adhérents du Pôle métropolitain

Chaque année, le territoire du Pôle produit :

  • Près de 150 000 tonnes d’ordures ménagères résiduelles
  • Près de 25 000 tonnes de collectes sélectives hors verre
  • 16 000 tonnes de verre
  • 86 % des ordures ménagères résiduelles sont incinérés avec valorisation énergétique